Notre actualité

 

Pour les professionnels du webmarketing et de plus en plus de propriétaires de sites web soucieux de leur audience, le SEO et ses enjeux sont considérés très sérieusement en 2021. C’est sans doute moins le cas pour le CRO et les relations qu’il peut entretenir avec le référencement naturel. Essayons d’y voir plus clair dans les prochaines lignes.

Le sens de ces acronymes

SEO

Le SEO (Search Engine Optimization ou optimisation pour les moteurs de recherche en français) désigne un ensemble de techniques qui visent à optimiser la visibilité d’une page web – et plus largement d’un site internet – dans les résultats des moteurs de recherche. Définir et mettre en oeuvre une stratégie SEO a pour objectif d’induire du trafic issu de Google et de ses concurrents.

CRO

Le CRO (Conversion Rate Optimisation ou optimisation du taux de conversion en français) correspond quant à lui à diverses méthodes dont le but est d’accroître le pourcentage de visiteurs convertis en client. On établit et on déploie une stratégie CRO dans le but in fine que les internautes qui visitent son site internet deviennent des clients (achat pour une boutique en ligne) ou à minima effectuent une action de conversion (prise de rendez-vous téléphonique, demande de devis etc.).

En apparence, on pourrait croire que les deux disciplines ne s’adressent pas aux mêmes publics, la première pouvant être l’apanage des seuls référenceurs, la seconde étant éventuellement réservée aux cybermarchands qui n’obtiennent pas le retour sur investissement (ROI en anglais pour Return Of Investment). Il n’en est rien, elles sont même complémentaires.

Le lien étroit entre mots-clés et niveau de conversion

 

En principe, lorsque vous décidez de travailler sérieusement votre visibilité organique, vous bâtissez une stratégie de mots-clés liés à votre activité. Autrement dit, les orientations que vous prenez déterminent non seulement les profils d’internautes qui parcourent votre site mais surtout l’état d’esprit qui les animent lorsqu’ils découvrent vos contenus ou les consultent à plusieurs reprises.

Si vous présentez avec pertinence vos produits ou vos services et suscitez l’intérêt des visiteurs issus de ces moteurs de recherche, vous augmentez les chances de les convertir.

Cela étant, votre faculté à transformer vos prospects en client est loin d’être seulement fonction de la nature des requêtes qu’ils ont renseignées sur Google ou l’un de ses concurrents.

Le mobile influence le comportement des internautes

 

La place grandissante qu’occupent les appareils connectés depuis plus d’une décennie n’est pas sans conséquences sur les actions des référenceurs ni sur le comportement des mobinautes. En 2021, il devient délicat si ce n’est presque impossible de figurer en bonne position dans les SERP si on n’optimise pas ses contenus en fonction des terminaux mobiles. Le moteur dominant a clairement annoncé il y a plusieurs années que l’expérience proposée aux possesseurs de smartphones et de tablettes constituaient un critère de positionnement non-négligeable. Cette plateforme permet déjà à ceux qui ne se sont pas intéressés de près à ce sujet de savoir s’ils sont sur de bons rails en la matière.

L’entrée en vigueur cette année du First Mobile Index ne fait que confirmer cette approche.

Votre boutique ou site vitrine s’affiche parfaitement sur tous les terminaux mobiles à la faveur du responsive design ? Vous marquez déjà des points vis à vis de vos concurrents qui sont défaillants dans ce domaine. Les pages de votre site internet se chargent très rapidement sur les appareils connectés ?

Vous vous donnez également des chances de bien figurer dans les résultats de recherche. La logique de Google est imparable : présenter aux internautes mobiles des réponses toujours plus pertinentes à leurs requêtes et leur garantir un confort de navigation optimal. Des noms de domaine sur lesquels les internautes ont tendance à consommer beaucoup de contenus, c’est autant de temps dont les éditeurs ces sites disposent pour les transformer en clients.

Une visibilité et des conversions optimisées en favorisant l’expérience utilisateur

 

A/B Testing

Divers autres facteurs influent sur le positionnement d’un site dans les moteurs de recherche. Nous songeons notamment à son arborescence, qui est susceptible de faire évoluer considérablement la visibilité organique. Il suffit pour s’en convaincre d’observer la satisfaction des webmasters ayant adopté des structures en silo.

L’UX Design doit aussi être considéré à sa juste valeur et il peut s’avérer grandement bénéfique de mettre en oeuvre l’A/B Testing. Vous créez une version alternative d’une fiche produit, sur laquelle vous modifiez entre autres l’emplacement des illustrations et la taille du CTA (Call-to-Action). Vous êtes à la fois susceptible d’augmenter vos conversions et de diminuer le taux de rebond…critère pris en compte par Google pour classer les contenus présents dans son index.

Intuitivité et simplification des services

L’algorithme Google Page Expérience que le moteur d’origine américaine a prévu de déployer au printemps 2021 s’inscrit dans cette politique de vouloir offrir une expérience utilisateur toujours plus gratifiantes. Parmi les autres techniques favorisant le confort des visiteurs, nous vous invitons

par exemple à leur donner l’opportunité d’effectuer une recherche telle qu’ils peuvent déjà la réaliser sur Google. Idéalement, vos prospects verront apparaître des suggestions lorsqu’ils commenceront à renseigner le type de produit ou service qu’il convoite, ce n’est pas un luxe pour ceux qui ne sont pas certain de la référence dont ils ont besoin.

Par ailleurs, vous avez tout intérêt à simplifier les formulaires qui se trouvent sur votre site internet. Et ce, que vous pratiquiez la vente en ligne ou que vous aspiriez à convertir d’une autre façon !

CRO et SEO : synergie ou conflit ?

Nous l’avons vu à travers la sélection des mots-clés et les optimisations mobiles, les méthodes visant à améliorer le référencement naturel ont forcément un impact positif sur la conversion.

La réciproque est susceptible d’exister, et il peut être même salvateur de travailler encore davantage le CRO cette année si on peine à développer son trafic issu des moteurs directement par ses actions de référencement. Les ajustements qui font évoluer le comportement des internautes sur son site internet sont pris en compte par Google et ses concurrents, quand bien même l’importance exacte de tel ou tel facteur demeure un mystère.

Si l’on prend un peu de hauteur, il y a forcément des circonstances dans lesquelles le travail assidu d’un des deux leviers peut nuire à l’autre. Nous pensons par exemple à la diversification d’un catalogue produits ainsi qu’à la réalisation d’une campagne de netlinking, deux techniques pouvant accroître le nombre de visiteurs tout en diminuant la part de visiteurs très qualifiés. Imaginons par exemple que la première action est pourvoyeuse de prospects issus des moteurs arrivant sur des pages de produits dont les prix sont bien plus élevés que les tarifs moyens appliqués sur votre boutique, aboutissant à une moindre conversion.

Si tel est le cas, il est avant tout primordial d’évaluer les effets des différentes actions sur les ventes, de déterminer le coût d’acquisition ainsi que le ROI. Autrement dit, le CRO et le SEO ne doivent pas être considérés de manière isolée.

Poser votre question

Nom
Email
Question

Aucune question encore posée

Parlez-nous de votre projet