Nom*

Site internet*

E-mail*

Téléphone*

Agence SEO » Blog SEO » SEO : Pourquoi optimiser la vitesse de chargement d’un site ?

SEO : Pourquoi optimiser la vitesse de chargement d’un site ?

06 avril 2018
Victor

Balises optimisées, textes exhaustifs garnis de mot-clés qui convertissent ainsi que leurs co-occurrences, backlinks obtenus sur des sites à forte autorité…ce sont quelques-uns des principaux paramètres qui focalisent l’attention des responsables de sites en quête de visibilité. Tout aussi important, un autre critère indispensable est encore très fréquemment occulté. En particulier par les personnes qui ne bénéficient pas d’une solide expérience en matière de webmarketing. il s’agit du temps de chargement d’un site internet.

source : www.fond-ecran.net

source : www.fond-ecran.net

Pourquoi réduire la vitesse de chargement ?

C’est un critère que l’on peut classer dans la famille des optimisations techniques, à l’instar de la pagination et des redirections. Nous la redéfinirons dans le paragraphe suivant, plus précisément nous énoncerons les différentes étapes qui permettent à une page web de votre blog, forum ou boutique en ligne de s’afficher sur le navigateur d’un internaute. Qu’il s’agisse d’un site e commerce ou vitrine, si vous ne vous êtes pas encore intéressé au temps de chargement des pages de votre site web, vous avez tout intérêt à le faire. En effet, cette problématique devient déterminante, non seulement pour l’expérience utilisateur mais également pour votre classement dans les moteurs de recherche. Des enquêtes ont montré par le passé que 4 internautes sur 10 quittent une page qui ne s’affichent pas au bout de 3 secondes.

test de vitesse sur l'outil d'optimisation Pingdom Tools

En 2017, Google a révélé que plus de la moitié des internautes mobiles choisissaient de fermer l’onglet d’une page qui ne se chargeait pas totalement au bout de 3 secondes. Et il faut avoir à l’esprit que le trafic web mobile ne fait que s’accroître au fil des ans. Ce n’est qu’une évolution logique : nous souhaitons tous obtenir des réponses de plus en plus rapide sur le web et la concurrence est telle qu’on peut en quelques secondes aller consulter un autre site qui est susceptible de présenter le même contenu si le premier ne répond pas tout de suite à notre attente. En 2009, le moteur d’origine californienne lance une extension dédiée à la performance baptisée Page Speed. Son but ? Accompagner les développeurs à réduire les temps de chargement des pages et leur interprétation par les moteurs de rendu. Un an plus tard, c’est Matt Cutts qui annonce officiellement que la vitesse de chargement fait partie des nombreux critères de l’algorithme de Google pour calculer la pertinence d’un site. Aujourd’hui, on sait qu’elle a clairement un impact sur le taux de rebond, qu’elle affecte dans une certaine mesure le nombre de pages que consulte un internaute et plus généralement le temps qu’il passe sur un site web. Plus important encore, un temps de chargement trop important aurait des conséquences néfastes sur le taux de conversion. Certes, vous n’avez pas totalement la faculté de procurer à vos visiteurs une expérience agréable dans le sens où ils sont aussi dépendant de leur vitesse de connexion, de la puissance de leur terminal (ordinateur, tablette, smartphone) ou encore du type de navigateur qu’ils exploitent. Ceci étant, il est impératif que vous vous donniez les moyens de diminuer le temps de chargement des pages de votre site pour le plus grand nombre. Si vous n’êtes pas encore totalement convaincu, sachez que les robots des moteurs de recherche qui visitent et indexent la toile peuvent rapidement mettre les voiles (et par conséquent occulter de nombreux contenus) lorsqu’ils ont des difficultés à accéder rapidement à toutes les pages d’un site.

Affichage d’une page : quelles sont les étapes d’un chargement ?

Elles ne sont évidemment pas visibles pour l’internaute mais sont inhérentes à l’affichage de chaque page qu’il décide de visiter. Admettons que vous décidiez de renseigner l’adresse de notre site www.seo.fr dans votre navigateur, c’est le point de départ. Le navigateur envoie une requête HTTP au serveur qui héberge notre site internet, ce même serveur se charge de concevoir une réponse HTML que votre navigateur est capable d’interpréter. Or, une page est constituée de plusieurs dépendances (javascript, css, images…). Le navigateur lance de manière simultanée plusieurs requêtes afin de toutes les rapatrier et pouvoir présenter à l’utilisateur la page HTML dans son entièreté, avec toutes ses composantes. A partir du moment où il reçoit du serveur ces différentes données, il élabore la page et il est susceptible d’exécuter les éventuels scripts (un formulaire, une horloge, le nom de l’utilisateur…) qui renforcent son dynamisme.

Quels sont les outils pour tester la rapidité d’un site ?

Tant qu’à faire, autant essayer un service développé par Google Him Self puisque vous envisagez sans doute de gagner en visibilité dans ses résultats de recherche. L’outil de Google PageSpeedInsights livre des informations concernant les performances d’une page affichée sur un ordinateur mais également sur un terminal mobile. Il a l’avantage de suggérer des actions à réaliser pour améliorer les performances ainsi que de lister les optimisations déjà présentes. Le score affiché peut être considéré comme cosmétique, néanmoins il permettra aux personnes de cerner les contenus qui doivent être traités en priorité. Sur WordPress, le plugin portant le même nom a la particularité et l’atout de présenter les pages les plus rapides et celles les plus lentes. Nous vous conseillons également de faire un tour sur GTMetrix.com si vous maitrisez la langue de Shakespeare. Sa fonctionnalité “historique” est particulièrement intéressante quand on souhaite évaluer l’impact de ses optimisations. Parmi les autres outils qui donnent la possibilité d’auditer la vitesse de chargement des URLs, on distingue notamment WebPageTest et Pingdom.

Le temps de chargement d'une page est un facteur primordial pour le référencement naturel

Comment accélérer le chargement des pages de son site ?

L’hébergement

Un serveur permettant de stocker les données d'un site webC’est un écueil que font certains webmasters, choisir un hébergement très économique et inadapté pour limiter leurs coûts. Nous déconseillons clairement les hébergeurs gratuits qui sont caractérisés de manière générale par des performances plus que médiocres. Pour une plateforme bénéficiant d’une audience faible ou moyenne, un hébergement mutualisé suffit. L’hébergement dédié, bien plus coûteux, convient essentiellement aux sites d’information très fréquentés et aux boutiques e-commerce qui rencontrent un franc succès. On distingue aussi l’hébergement virtuel, qui est largement paramétrable et permet de répondre à des besoins assez spécifiques. C’est la location ou l’acquisition d’une partie d’un serveur dédié pour en faire un serveur virtuel administré par vos soins.

Quelles actions faut-il mettre en oeuvre ?

Ensuite, il convient de réaliser un travail d’optimisation des images qui apparaissent sur chaque page. Pour débuter, privilégiez des formats légers à l’instar du PNG et du JPEG et redimensionnez les ! Encore beaucoup trop de webmasters définissent la taille d’affichage des illustrations dans les déclarations CSS. Cela contribue à ralentir le chargement puisque le navigateur est forcé de rapatrier l’image originale, qui est beaucoup plus lourde que celle qu’il doit présenter à l’utilisateur. L’alternative consiste à compresser les fichiers, un outil tel que Tinypng.com fait parfaitement le boulot ! Notre troisième préconisation est la mise en cache des ressources de la page. Les navigateurs sollicités par les internautes n’ont ainsi plus besoin de rapatrier des photos et d’autres types d’images à chaque chargement d’une même page. L’optimisation des scripts est ainsi prépondérante quand on cherche à améliorer les performances d’affichage de son site. Retirez les espaces et données inutiles de vos fichiers CSS pour commencer. Il s’agit en outre de placer les scripts sous la ligne de flottaison et d’activer leur compression.

Les autres optimisations

Des optimisation supplémentaires doivent vous permettre de faciliter le travail que chaque navigateur de vos visiteurs aura à accomplir. Voici une liste des actions et bonnes pratiques qui peuvent attirer votre attention :

  • La transition http vers http/2
  • Utiliser un CDN
  • Appeler les images depuis un domaine externe
  • Éviter d’avoir trop recours aux redirections
  • Utiliser qu’un seul fichier CSS
  • Mettre les pages statiques en HTML
  • Limiter le nombre de plugins sur les plateformes CMS type WordPress

Si vous souhaitez en savoir plus sur les performances de votre site, demandez-nous votre Audit Gratuit.

SEO : Pourquoi optimiser la vitesse de chargement d’un site ?
4 (80%) 2 votes

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs indiqués avec un astérisque sont obligatoires.