Nom*

Site internet*

E-mail*

Téléphone*

Google Panda et Google Pingouin

SEO.fr » Guide du SEO » Google Panda et Google Pingouin

Google Panda et Google Pingouin sont dans un bateau…

google-panda-pingouin

Vous vous souvenez de ces deux pieds nickelés aux doux noms sympathiques de Google Panda et de Google Pingouin ? Ces deux mises à jour, dont l’une gèle les positions de votre site à coup de blizzard et l’autre irrite les webmasters à coup de bambou, ont fait trembler la toile pendant plusieurs mois avant que les spécialistes du référencement finissent par s’adapter aux nouvelles exigences de Maître Google, qui, dans la Silicon Valley, continue de saccager notre travail en nous contraignant à revoir sans cesse notre copie… ce qui n’est pas déplaisant en soi ! Toujours est-il que le SEO a bien changé depuis l’arrivée de l’aîné, petit panda, qui vit son frère cadet, bébé phoque, lui succéder. Les deux ont bien grandi et font désormais partie intégrante du paysage du SEO.

Google Panda dans le rétroviseur

Le filtre Google Panda désigne la mise à jour Google ayant pour objectif de dévaluer et de déclasser les sites dits de faible qualité d’un point de vue éditorial. Ce dernier juge la qualité des contenus d’un site et lutte contre le plagiat. Dans le même temps, les sites dont le contenu est jugé pertinent pour l’internaute et original verra ses positions augmenter dans les résultats des moteurs de recherche.

Les mises à jour Google Panda sont donc conçus pour cibler les pages de faible qualité sans qu’elles ne soient forcément considérées comme du spam. C’est la première fois dans l’histoire du référencement que les sites étaient confrontés aux pénalités Google. Les sites les plus touchés furent en priorité les fermes de liens mais aussi les sites de « scrapping », dont l’unique but est de publier du contenu déjà existant sur d’autres sites, provoquant ainsi la mise au ban du site original si le duplicate content est avéré (en savoir plus sur Google Panda).

Autre fait nouveau à l’époque : Google Panda est une pénalité qui pénalise le site dans son entier. En tout, le Panda a frappé 27 fois depuis sa sortie en France au mois d’août 2011.

Le site Search Engine Land a d’ailleurs créé récemment une infographie à ce sujet en vue d’aider les sites à survivre à l’attaque du Panda au fur et à mesure de l’évolution de ses différentes versions.

De nombreux propriétaires de sites se sont plaints qu’après avoir modifié leur site, afin de le rendre davantage « Panda friendly », ce dernier ne retrouvait pas son positionnement d’origine. En effet, les mises à jour Panda ne se produisaient pas à des intervalles réguliers et Google ne réindexait pas à chaque fois chacun des sites qu’il avait pénalisés. Aussi, certains propriétaires de sites virent leur trafic diminuer de manière conséquente pendant plusieurs mois, jusqu’à ce que Google repasse sur leur site et prenne en considération les changements effectués.

Au cours du SMX West 2013, Matt Cutts annonça que les futures mises à jour Panda seront intégrées directement dans l’algorithme du moteur de recherche Google. Les webmasters ne sauront donc plus à quel moment de l’année le filtre sera déployé.

Rétrospective autour de Google Pingouin

Lancée le 24 avril 2012, la mise à jour Google Pingouin annoncait un bouleversement des codes de conduite du référencement, soit une hécatombe des positions pour de nombreux sites. Sur son blog, Google alertait les nombreux propriétaires de sites web en affirmant que Pingouin était « une importante modification de son algorithme consacrée à la lutte contre le spam ». La mise à jour prévoyait de déclasser les sites allant à l’encontre des guidelines de Google ou plus précisément, ceux qui, selon les mots de la firme, utilisent des techniques dites frauduleuses pour manipuler le classement des pages web au sein de ses résultats de recherche. Les techniques visées sont, en particulier, le « keyword stuffing », soit le bourrage de mots-clés, mais aussi la suroptimisation vis-à-vis des liens reçus ou émis par une page web.

Les webmasters sont invités à vérifier régulièrement leur compte Webmaster Tools dans l’optique d’identifier si leur site risque une pénalité potentielle à court terme, Google envoyant un message de prévention signalant la détection d’une activité dite « spammy ». Google indiquait que Pingouin impacterait 3,1% des requêtes (contrairement aux 12% prévus pour Panda). Si vous avez observé une baisse de trafic entre le 24 et le 25 avril, il y a de fortes chances que le Pingouin en soit la cause, même si la version 3.5 du Panda sortait ses griffes au même moment (en savoir plus sur Google Pingouin).

Les facteurs de pénalité selon Google Pingouin sont les suivants :

  • Répétition abusive d’une même ancre de lien,
  • Abus de mots-clés au sein d’un nom de domaine,
  • Spam de blog,
  • Bourrage de mots-clés au sein des liens internes ou sortants,

Pingouin en quelques dates :

  • Première mise à jour Google Pingouin le 24 avril 2012,
  • Pingouin 1.1 est lancé le 25 mai 2012
  • Pingouin 3 fait sa sortie le 9 octobre 2012
  • Pingouin 5 sort en octobre 2013
  • Pingouin 6 (appelé officiellement Penguin 3.0) sort en octobre 2014

Piqûre de rappel

Panda est une mise à jour de l’algorithme et non pas une pénalité manuelle contrairement à ce que pourraient penser certains. Une demande d’examen auprès de Google n’aura aucun effet si vous ne réglez pas le problème en amont. Comme toujours, ne paniquez pas en cas de baisse de trafic naturel. Réagissez avec prudence et auditez votre site pour en observer les faiblesses.

En résumé, Google Panda s’intéresse au contenu de votre site tandis que Google Pingouin se préoccupe de vos liens. Ne commettez pas d’abus, respectez les règles d’optimisation des sites sollicitées par Google et vous devriez passer entre les mailles du filet aussi longtemps que possible. Au SMX West 2013, Matt Cutts affirmait que la plus importante mise à jour Pingouin aurait lieu. Alors, sortez vos mouchoirs ou si vous n’avez rien à craindre, lavez-vous en les mains !

La nouvelle version de Google Pingouin, enfin !

Google Pingouin a provoqué une véritable grogne populaire de la part de nombreux référenceurs, webmasters et professionnels du web du monde entier. En effet, le filtre marche de telle façon que lorsqu’il est mis à jour et pénalise un certains nombre de sites, il faut atteindre la prochaine mise à jour du filtre Pingouin pour espérer que son site sorte de pénalité (si le travail de nettoyage a bien était fait).

Problème, la 5ème itération de Google Pingouin a eu lieu en octobre 2013 et il n’y a plus eu de mise à jour de ce filtre pendant.. une année entière. Largement le temps de mourir pour une petite entreprise qui dépendrait de son site internet et aurait vu son trafic s’effondrer.

La 6ème itération de Google Pingouin, appelée « Google Penguin 3.0″, lancée donc en octobre 2014, a pour objectif de corriger ce défaut majeur afin d’être moins cruelle pour les gérants de sites internet. Le filtre Pingouin version 3.0 a, selon les dires de l’équipe de lutte contre le spam de Google, entièrement été réécrit afin de permettre sa mise à jour beaucoup plus fréquemment. Idéalement de façon automatique chaque mois, comme le filtre Google Panda qui fait maintenant partie intégrante de l’algorithme principal de Google.

A ce jour, mi-2015, ce n’est pas encore tout à fait le cas pour le filtre Google Pingouin, mais ces récentes déclarations indiques que nous sommes en bonne voie pour voir arriver un filtre plus dynamique.

Poser une question

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs indiqués avec un astérisque sont obligatoires.

2 questions Posez votre question

Mathieu (seo.fr)
Mathieu (seo.fr)
26 novembre 2014 10 h 15 min

@Patrice : De mon expérience, je n’ai pas vu de cas d’erreur, en tout cas au sens auquel on peu l’entendre. L’algorithme ne pénalise pas sans raison et les responsables qualité de Google encore moins.

Lorsqu’un site est dans le viseur de Google, j’ai toujours vu cela justifié. Abus sur le contenu, abus sur la création de liens. Par contre c’est quelque chose qui peut arriver sans qu’on ai cherché à forcément tromper l’algorithme, simplement par méconnaissance de son fonctionnement ou du fonctionnement d’internet (par exemple une entreprise qui abuse des échanges de liens partenaires et des commentaires de blogs).

Les cas les plus embêtant concernent le negative SEO, ou l’on risque une pénalité car quelqu’un d’autre met en place des stratégies interdites vers notre site (la création massive de liens et le duplicate content sont les plus utilisées).

Je n’ai pas connaissance d’un cas ou une entreprise ai poursuivie Google. Par contre il est déjà arrivé que des entreprises poursuivent leurs agences de référencement pour avoir mis en place des optimisations allant à l’encontre des recommandations de Google (leur positionnement ayant été dégradé en conséquence).

Répondre
Patrice
24 novembre 2014 8 h 07 min

C’est assez clair… En revanche, ce qui ne l’est toujours pour moi, c’est : qui vient détecter la fraude (Panda ou Pingouin) et donc infliger la pénalité ? Est-ce un robot Google ou une personne physique, un employé Google en somme ?

Par ailleurs, arrive-t-il que Google se trompe ? Les robots comme les humains sont capables d’erreurs… Dans ce cas précis où il y aurait une erreur et donc une pénalité injuste, est-il possible pour le webmaster de demander une annulation, voire réparation si une perte d’argent est avérée ?

Répondre