Interview Christophe Hédé (Gold-Référencement)

12 septembre 2012
seo.fr

Christophe HédéPrésentation: Christophe Hédé, gérant de la société Gold-Référencement. Mes premiers pas sur Internet datent de 1996. Cette année-là, avec d’autres personnes, nous avons mis en place une société spécialisée dans l’hébergement de sites web. C’était ma première structure et cela a duré 6 mois. Je suis ce qu’on appelle un dinosaure du net et du référencement. Je n’ai pas levé de millions, je n’aime pas les prétentieux qui ont tout inventé et j’aime partager mes connaissances avec tout le monde.

Depuis quand date ton intérêt pour le référencement naturel, pourquoi t’es-tu intéressé aux moteurs de recherche?

Christophe Hédé : Cela a commencé en 1997. J’ai ouvert à ce moment là un annuaire d’annuaires, Enfin.com, où je listais tous les annuaires que je trouvais et utilisais de mon côté pour soumettre mes sites. Rapidement, j’ai reçu plein de soumissions extérieures. En 1999, j’ai confirmé cette passion en créant avec Thomas « Chasseurs de moteurs » qui est devenu plus tard MoteurZine.com, c’est un magazine dédié aux outils de recherche et au référencement où nous partageons nos connaissances.

En me passionnant pour le référencement, je l’étais aussi par les moteurs de recherche. J’ai eu la chance de travailler pour le premier moteur de recherche français, Ecila, avant qu’il ne soit vendu, pour ne pas dire brader. Il faut dire qu’à cette époque, « tout le monde » pariait sur le style portail / annuaire et personne ne misait sur la technologie moteur de recherche.

Pour toi, à partir de quel moment le SEO est devenu une affaire de gros sous, un intérêt stratégique pour le monde de l’entreprise?

Christophe Hédé : Pour dire la vérité, je n’ai aucune connaissance du milieu des grandes entreprises… je préfère les PME / TPE. Ce que je sais avec ces entreprises, c’est que pendant longtemps, elles n’ont pas cru en Internet… ce n’était qu’une mode passagère pour elles. D’ailleurs, ce n’était pas les seules. Il y a quelques années, ces structures ont compris qu’il fallait un site mais, doutait du référencement… après tout, pourquoi dépenser autant d’argent pour se faire trouver. Depuis peu, ces entreprises ont compris l’importance du référencement comme outil générateur de trafic donc de clients et elles sont prêtes à investir dedans et que ça revienne plus cher que la construction de leur site.

Après, pour l’histoire que ça coûte cher, ça me semble normal. Des gens compétents en référencement, ça ne court pas les rues, les grandes structures et les agences sont demandeuses, donc, le prix s’aligne en fonction de la demande.

Comment as-tu vécu le lancement de tes agences de référencement naturel? Dirais-tu que tes offres se vendaient comme des petits pains, ou que la vente de prestations SEO n’a jamais été chose aisée? Que les pionniers du référencement naturel furent aussi ceux qui ont eu la lourde tâche d’évangéliser le marché?

Christophe Hédé : De mon côté, je ne suis pas un commercial dans tous les sens du terme. Je ne sais pas estimer la juste valeur du travail que je produis, je ne sais pas convaincre les gens en face de moi. Je suis plus un technicien en référencement J’ai eu la chance de m’allier avec une société qui gère toute la partie commerciale et du coup, ça roule bien. Dans deux ans, on célèbre nos 10 ans d’existence.

Par contre, je confirme, les premières sociétés en référencement ont beaucoup galéré, ils ont du évangéliser le marché français. Mais, avant eux, en 95 / 96 / 97 / 98, je me rappelle que l’on devait aussi évangéliser les sociétés mais aussi les particuliers, les médias, les tout-un-chacun sur l’avenir d’Internet.

Si tu devais changer quelque chose à l’algorithme de Google, que changerais-tu?

Christophe Hédé : Je mettrais en place deux petits filtres. Le premier, c’est pour supprimer Wikipedia. Je trouve que ce site que je consulte énormément est beaucoup trop présent dans les résultats. Le second, c’est un filtre contre la presse qui râle tout le temps. Elle exige que Google paye pour les pages des sites de presse qui sont indexées, et bien, supprimons les… ils vont perdre tout leur trafic et ne vont être plus rien, déjà qu’ils ne sont plus grand chose.

Quel est le rapport entre référencement naturel et jeux Flash pour enfants? Si il y en a, peux-tu l’expliquer? Si il y en a pas, comment expliquer ton engagement professionnel dans deux domaines assez différents?

Christophe Hédé : A l’origine, il y a aucun rapport. Aujourd’hui, il n’y en a toujours aucun mais l’avantage du site de jeux flash, c’est que j’ai ainsi une vision sur un site avec énormément de pages et énormément de trafic. C’est un outil supplémentaire de veille.

Ma présence sur ces deux secteurs s’explique facilement. Le référencement, c’est ma passion et mon travail et les jeux en flash, c’est un site que j’ai mis en place pour mon jeune fils afin qu’il trouve plein de jeux sans avoir à naviguer à gauche et à droite. Depuis 7 ans, le site a pris une belle envergure puisque je l’ai ouvert à l’international en gardant le même esprit.

Interview réalisée par Xavier Vespa (@xavierv) pour SEO.fr.

Partager cet article :

Articles liés

Laisser un commentaire

Nos consultants SEO interviennent pour répondre à vos questions. Liens en dofollow : pour éviter tout abus, nous n’acceptons que les liens pointant vers des sites des thématiques du référencement et du webmarketing. Sont aussi acceptés les liens vers vos profils Google+ et Twitter.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *